Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog botanique de Nanie, petit à petit : un micro jardin urbain en expérimentation

Semis de piment "carolina reaper" premier essai, crash test

31 Décembre 2020 , Rédigé par Nanie Publié dans #PIMENTS

S'il y a un piment qui m'effraie autant qu'il me tente c'est bien le "Carolina Reaper" (la "faucheuse de Caroline", un piment originaire de l'état de Caroline, aux USA). 

C'est un piment crée par l'homme pour lui donner une force "surhumaine", ou inhumaine. 

Bref, c'est une bombe à ne pas même toucher du doigt. Il faut toucher le piment avec des gants, quant au fait de le manger, c'est une histoire pour les fous furieux. 

Je ne tente pas ce semis pour consommer ce piment atomique mais pour voir à quoi il ressemble "en vrai", comme on serait tenté d'aller voir une attraction effrayante  de loin, pour vérifier si elle est à la hauteur des rumeurs. 

Une seule graine a été choisie pour ce test. 


Elle a pris un bain dans une serre chauffée à 30 degrés, car c'est un piment qui a besoin de beaucoup de chaleur pour germer. 

Le 23 novembre, la germe semble entamer sa germination ! Après une dizaine de jours de "bain". Voilà une surprise

La première étape est franchie, mais la partie ne fait que commencer !

La première étape est franchie, mais la partie ne fait que commencer !

La graine germée a été installée sur un bouchon de laine de roche pour maintenir l'humidité autour de la graine. 

La racine s'est installée dans le bouchon et la tige du piment s'est redressée, mais les cotylédons peinent à s'extirper de la graine. Voilà qui m'inquiète un peu, car il est déjà arrivé que des plantules meurent pour n'avoir pas réussi à sortir de la graine, trop dure...

Allez j'avoue, j'ai tenté d'ouvrir la graine pour libérer les cotylédons. La graine était très dure, aussi une partie des cotylédons est restée prisonnière et a été arrachée. 

La suite de ce semis risque d'être difficile. Je crains que la fin de l'histoire ne soit déjà programmée...

Semis de piment "carolina reaper" premier essai, crash test

Le 15 décembre, l'ébauche des vraies feuilles est apparue au centre des cotylédons. C'est une nouvelle étape de franchie...mais la plantule est encore très fragile.

Semis de piment "carolina reaper" premier essai, crash testSemis de piment "carolina reaper" premier essai, crash test

Info de dernière minute. En regardant une vidéo en timelapse de semis de "carolina reaper", il faut plus de 180 jours de culture pour voir apparaître des fruits qui commencent tout juste à mûrir !

180 jours, c'est 6 mois ! Pour récolte en juillet, il faut donc semer en janvier au plus tard ! 

C'est particulièrement long ! aussi, après réflexion, les graines de "Carolina reaper" semées avec beaucoup d'anticipation, ont finalement été semées au bon moment. 

INSERT DU 11 FÉVRIER 2020

Le moins que l'on puisse dire c'est que le développement des "carolina reaper" est extrêmement lent. Les plantules semblent végéter depuis plusieurs semaines. 

Il y a à ce jour, deux plants "en vie", mais ils peinent tant à former les feuilles centrales, que la suite me semble plutôt compromise. 

Diaporama en cours de construction...

Photos prises entre le 02 février et le 15 mars
Photos prises entre le 02 février et le 15 mars
Photos prises entre le 02 février et le 15 mars
Photos prises entre le 02 février et le 15 mars

Photos prises entre le 02 février et le 15 mars

Semis de piment "carolina reaper" premier essai, crash test

pssst ! si à tout hasard, malgré le départ très pénible des "carolina reaper", les plants (ou un plant) venait à se développer comme prévu (et à fructifier), je sais ce que je ferai de ces piments "atomiques". 

Si dans un premier temps, je pensais ne pas même les toucher, je pense que je les ferai sécher et les intégrerai à une harissa à "dose homéopathique" bien sûr (pour savoir quand même à quoi s'en tenir gustativement à son sujet)...

INSERT DU 16 FÉVRIER 2021

En lisant les conseils des cultivateurs avertis de "Carolina reaper", il faut même éviter de toucher les piments sans gants tant ils sont forts ! 

Dans l'hypothèse donc, ou les deux plants (ou même un seul plant fructifierait), il va falloir le barricader pour que personne n'y touche sous peine de pleurer pendant des heures.

Un grillage autour du plant adulte (s'il parvient à l'âge adulte), me semble plus dissuasif qu'une étiquette même alarmante. 

INSERT DU 06 JUIN

Apres un mois de mai détestable (pluies diluviennes, vent, froid), le plant de « Carolina reaper » qui a beaucoup végété a été repiqué à son emplacement définitif dehors. 
Mais un tel arrêt de croissance, me fait craindre une absence totale de fructification en 2021 (voire même de floraison).
On verra bien... d’autant qu’on peut à présent craindre des canicules en série après les records de pluie du mois de mai....

Semis de piment "carolina reaper" premier essai, crash test

INSERT DU 15 JUIN

Les plants de piment ont reçu une pulvérisation d'eau additionnée d'aspirine (75 gr/litre). 

L'astuce vient d'un ouvrage étonnant sur la culture et la saveur des légumes selon leurs conditions de culture. 

L'aspirine donnerait aux plants l'indication d'une attaque et le déclenchement d'une stratégie de défense, rendant les piments plus piquants. 

Une seule pulvérisation suffit à déclencher le processus, inutile d'en rajouter donc...

INSERT DU 15 JUILLET

Le plant de « Carolina reaper » est petit mais il s’étoffe malgré tout, dans des conditions de culture étrangement fraîches pour la saison (16 degré le matin et 23 l’après midi, en juillet)...

Mieux vaut voir le verre à moitié plein que le verre à moitié vide. 

Il est possible que sa culture soit nécessaire à la maison à l’automne prochain (dans ce cas, il faudra installer des sachets d’organza à sur chaque fruit en formation). 

A suivre...

Semis de piment "carolina reaper" premier essai, crash test
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article