Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog botanique de Nanie, petit à petit : un micro jardin urbain en expérimentation

De nouvelles informations étonnantes sur la culture des piments : il faut les agresser pour quils donnent le meilleur d'eux-même !

20 Janvier 2021 , Rédigé par Nanie Publié dans #PIMENTS, #LIVRES

La culture des piments dans le micro jardin urbain, commence à être mieux menée et les piments sont souvent au rdv au cours de l'été qui suit le semis. 

La saison des semis est la bonne, l'exposition aussi, l'arrosage suffisant et l'engrais le plus efficace a été identifié (l'engrais "corne et sang" est impressionnant, celui à base d'algues est aussi assez bluffant). 

Ceci dit, je viens de consulter un livre étonnant concernant les goûts des fruits et légumes que nous cultivons, avec passion mais parfois avec des erreurs (même si ce ne sont pas des erreurs de débutants). 

 

Concernant les piments, j'ai appris dans cet ouvrage, des détails intéressants et imprévus sur la culture des piments, afin d'optimiser leur goût final. 

Je n'ai pas testé ces astuces étonnantes, mais au printemps 2021, il faudra les mettre en pratique, indubitablement, pour comparer la méthode pratiquée et la méthode conseillée par l'auteur. 

 

 

Parmi les anecdotes sur la culture des piments, j'ai notamment appris que ce n'était pas la graine qui était piquante mais l'enveloppe autour de la graine qui contient une forte dose de capsaicine. Le but de cette concentration en capsaicine autour de la graine est finalement (si on y réfléchit un peu, assez évidente). Elle vise à protéger les graines de piments des prédateurs herbivores. Les noyaux et pépins ont souvent des stratégie de survie bien à eux (certains ont besoin d'un passage au froid pour lever la dormance). Les piments eux, préfèrent dissuader les gourmands en brûlant leur gosier. 

 

Concernant le "piquant" d'un piment (ce qui caractérise et justifie la culture du piment), l'auteur explique que pour concentrer "le piquant", il faut mettre ses plants, "à l'épreuve", ou en d'autres termes, leur mener la vie dure...

Voilà une idée étonnante (je croyais pour ma part, qu'il fallait choyer les plants pour qu'ils donnent le meilleur d'eux-même).

L'auteur explique qu'un plant qui se sent agressé va concentrer ses défenses (notamment en capsaicine) et son goût au détriment du nombre de fruits. Un plant "agressé" produirait donc moins de fruits, mais ses fruits seraient plus savoureux et plus fort. 

Parmi les méthodes pour agresser ses plants (quelle idée étrange d'agresser ses plants chéris...), il note la "pression liée à l'arrosage". On peut donc délibérément donner soif à ses plants et ne les arroser que lorsqu'ils sont vraiment "flagada", et que la sécheresse devient difficile à supporter. Un arrosage très modéré avec des épisodes de sécheresse inciterait les plants à défendre leurs graines en concentrant la capsaicine qu'elles contiennent. Plus d'arrosage fera des plants aux fruits plus nombreux mais moins piquants. 

Voilà une astuce qui "tombe sous le sens". C'est assez logique si l'on y pense : le plant qui meurt de soif, préserve sa descendance en raréfiant ses fruits et en les défendant avec "mordant" en conférant aux graines, une saveur brûlante...dissuasive. 

De nouvelles informations étonnantes sur la culture des piments : il faut les agresser pour quils donnent le meilleur d'eux-même !

Autre astuce étonnante, mais qui correspond à la même logique d'attaque du piment pour l'assécher : l'arrosage à l'eau salée. 

Oui, à l'eau salée ! L'eau salée est souvent fatale aux plantes qui ne peuvent pas absorber l'eau à cause du sel. C'est aussi pour cette raison, que peu de plantes poussent au bord de la mer, hormis quelques rares variétés autochtones très spécifiques. 

Il est ainsi conseillé de donner deux bains d'eau salée aux plants de piments, au début de la fructification, lorsque les piments sont verts et petits, pour leur indiquer une menace et la nécessité de concentrer ses efforts sur le formation de quelques fruits, qui seront alors particulièrement forts et savoureux. Cette technique étrange et logique est cependant à prendre avec des pincettes notamment pour les plants un peu fragiles qui pourraient ne pas supporter un tel choc. 

Il vaut sans doute mieux éviter d'infliger cette "épreuve du feu" à des plants de piments précieux, dont seule une graine a germé sur la totalité des graines de sa variété. Par contre, sur une série de plantules identiques, pourquoi ne pas tenter l'essai à titre comparatif ? 

De nouvelles informations étonnantes sur la culture des piments : il faut les agresser pour quils donnent le meilleur d'eux-même !

Autre astuce cruelle pour doper la saveur des fruits de piments : l'aspirine. 

Oui, l'aspirine, le médicament donné pour les douleurs et fièvre chez l'homme. 

Il est conseillé de distribuer une dose d'aspirine par aspersion, à l'aide d'un vaporisateur. Il faudrait diluer, une dose d'aspirine faible (300 mg) dans un litre d'eau à vaporiser sur les plants. Voilà une astuce non testée mais intrigante.

En revanche, toujours au sujet de l'aspirine, l'auteur suggère un bain pour les graines des "variétés récalcitrantes", dans une eau contenant une faible dose d'aspirine (soit 75 mg par litre d'eau).

Pour le coup, j'ai testé cette suggestion avec une graine de "carolina reaper" (la faucheuse de caroline), qui a pris un bain d'"eau médicamenteuse", et qui a ensuite pris un bain (d'eau normale) à 30 degré pendant plusieurs jours. Et bien, ça a fonctionné ! La graine censée être difficile à entrer en germination, a bien germé ! 

Premier essai réussi de germination du "carolina reaper". C'est une bonne surprise...quoiqu'un peu effrayante lorsqu'on sait que c'est un des piments les plus forts du monde.

Premier essai réussi de germination du "carolina reaper". C'est une bonne surprise...quoiqu'un peu effrayante lorsqu'on sait que c'est un des piments les plus forts du monde.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article