Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog botanique de Nanie, petit à petit : un micro jardin urbain en expérimentation

Culture des piments en pots et en terre, dans le micro jardin urbain, comparatif et conclusion

20 Juillet 2020 , Rédigé par Nanie Publié dans #METHODES, #PIMENTS

Nouveau constat en cours de culture, cette fois, concernant les piments (après le constat sur les tomates).

L'année 2020 est officiellement celle du piment avec une dizaine de variétés semées dans un petit espace urbain (le détail des variétés et des semis, c'est juste en dessous....) 

Bref, le nombre de variété est nettement plus élevé que ce qui était prévu, mais de coup de coeur, en coup de foudre, en coup de tête...les variétés se sont invitées les unes après les autres. 

C'est avec inquiétude, que je me suis demandée comment toutes ces variétés allaient être cultivées (comment trouver une place à chacune, et notamment comment éviter une pollinisation croisée, un vrai risque même s'il est faible).

Pour la petite histoire sur la fécondation des fleurs de piments : théoriquement les fleurs de piments sont fertiles peu de temps après leur éclosion. Etant donné que les variétés n'éclosent pas en même temps, le risque est "théoriquement" limité (si j'ai bien compris). Bref...

Pour rappel (rapide), il y a dans le panel des piments cultivés cette année, du : 

piment d'Alep, aussi appelé aleppo ou Hallaby

du piment gorria, le célèbre piment cultivé à Espelette au pays basque 

du "peter pepper", aussi appelé piment penis, en raison de sa forme

du piment de Cayenne, qu'on ne présente plus 

du piment d'Anaheim, aussi appelé "magdalena" un piment américain cultivé dans la région d'Anaheim en Californie

du "Numex twilight", un piment décoratif et comestible, crée à la chili institute aux Etats Unis

du "numex suave", un autre piment crée par la chili institute, un habanero doux

du "aji charapita", un piment sauvage originaire du Pérou, et présenté par les semenciers, comme le "piment le plus cher du monde"

du "bishop crown", un piment cultivé en Jamaïque et au Brésil, à la forme atypique

du piment "aji lemon", un piment jaune fort, aux notes de citron

du japaleno "early", un japaleno "amélioré" pour un rendement plus rapide

Voilà, tout est là !

La quasi totalité des graines semées ont germé et il a fallu trouver une place pour chacun

la plupart des plants a été installé dans une grande jardinière contenant beaucoup de terre, tandis que d'autres ont été placés dans des pots individuels à proximité de la grande jardinière. 

Je m'attendais à ce que les piments en jardinière et en plein soleil "explosent" d'enthousiasme et de bien-être et produisent des plants robustes. 

Mais ce n'est pas ce qui s'est passé. 

Malgré un apport d'engrais liquide deux fois par semaine (après un engrais de fond, avant la plantation) les plants sont restés chétifs, malgré un départ honorable. 

Les plants en pots, serrés dans un faible volume de terre, sont quant à eux, radicalement différents. 

Les plants en pots bénéficiant de la même exposition au soleil sont nettement plus étoffés et fructifient objectivement mieux que les plants en terre. 

Un exemple ci dessous  : un plant de "numex twilight" recouvert de fruits et de feuilles et un plant de "peter pepper" qui affiche un seul fruit et quelques fleurs clairsemées.

Culture des piments en pots et en terre, dans le micro jardin urbain, comparatif et conclusion
Culture des piments en pots et en terre, dans le micro jardin urbain, comparatif et conclusion

Voilà un mystère que je peine à comprendre !

La terre est identique, les apports d'engrais sont identique, l'ensoleillement et l'arrosage sont identiques.

les piments préféreraient ils être à l'étroit ? voilà la question étrange qui se pose d'autant que j'ai toujours u et entendu qu'il fallait un espacement d'au moins 50 cm entre chaque plant....

Cependant certains végétaux, notamment les plantes d'intérieur (qui sont des plantes exotiques) se plaisent dans un espace restreint et se sentent parfois perdues dans un grand pot. Les piments auraient ils le même gène ?

Bref, si la question se pose, le mystère reste entier. 

A suivre...

 

 

pssst ! le bilan pré-estival de tous les piments semés au printemps dernier, c'est ici...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article