Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog botanique de Nanie, petit à petit : un micro jardin urbain en expérimentation

Premier bilan intermédiaire, à la mi saison. Les bêtises, les corrections et les tests à prévoir pour l'avenir...

19 Août 2020 , Rédigé par Nanie Publié dans #FLEURS, #PRINTEMPS

Faire un bilan de la production dans le micro jardin urbain, est un peu hâtif en août...mais il y a déjà des choses que je regrette déjà.

Des choses qui n'ont pas été faites, des semis qui n'ont pas été fait, ou des repiquage trop tardifs. 

Bref, il y a eu (encore) des bêtises de faites dans le micro jardin urbain, et des réparations à prévoir pour ne plus refaire ces bêtises. 

Une des choses importantes que j'ai apprise cette année concerne les fleurs et les polinisateurs. 

Les abeilles sont attirées par les fleurs bleues d'où leur fréquentation assidue de la lavande et de la bourrache bleue (mais elles ont aussi apprécié la bourrache blanche), au printemps et cet été. Le basilic est aussi assidument fréquenté avec sa floraison violette. 

Les fleurs "bee mix" semées un peu par hasard, un peu pour aider les polinisateurs, sont totalement indispensables et non pas anecdotiques.

Il y a eux, deux sessions de semis de fleurs pour abeille, qui ont assuré une floraison courte mais très fréquentée. Aussi je regrette de ne pas avoir réalisé des semis plus nombreux et échelonnés. 

La bourrache bleue, fera partie des "indispensable" sans aucun doute, mais peut-être aussi la vipérine, et le bleuet (si je parviens à récupérer des graines sur les fleurs fânées de cette année). 

ici, c'est un souci (sans doute) issu du "mélange florifère pour abeilles"

ici, c'est un souci (sans doute) issu du "mélange florifère pour abeilles"

Autre surprise, les piments poussent mieux en pot que dans les grandes jardinières en plein soleil ! 

En 2019, j'ai installé les piments en pots, avec la certitude qu'ils allaient être à l'étroit et qu'ils seraient peu productif. Aussi, cette année, les plants de piments (à quelques exceptions près) ont été installés dans une grande jardinière surélevée, pendant qu'ils auraient de la place pour étaler leurs racines...Les piments en jardinières sont restés petits et les fruits sont rares...tandis que sur les piments en pot, les plants sont fournis en feuilles et en fruits. 

Voilà une surprise inattendue et que je ne parviens pas à m'expliquer....sinon le fait que les pots (en plastique) retiennent peut-être mieux l'humidité et les nutriments...

ici c'est un plant bien fourni de "peter pepper", le plus beau plant du micro jardin urbain, dans son pot...

ici c'est un plant bien fourni de "peter pepper", le plus beau plant du micro jardin urbain, dans son pot...

Autre bêtise : les tomates ont encore été semées trop tôt ! 

Combien de fois faudra t'il encore l'encore pour que ça rentre !!!! j'ai refais la même bêtise que l'an passé. Ce n'est pourtant pas faute de l'avoir entendu encore et encore. 

Les tomates sont arrivées à maturité début juillet sur des plants déjà un peu âgés (trop âgés ???) et les plantes de tomates semi tardives et tardives sont déjà décrépis. Ils ne produiront peut-être rien...parceque j'ai semé trop tôt, une fois de plus et une fois de trop. 

Le mieux est sans doute de semer les tomates à l'extérieur, à l'abri et elles germeront quand les conditions idéales seront réunies (et non pas quand le jardinier amateur l'aura décidé). 

les "lemon tree" ont produit mi juillet leurs fruits.

les "lemon tree" ont produit mi juillet leurs fruits.

Toujours au sujet des tomates (qui ont été très peu nombreuses cette année car j'ai privilégié d'autres semis), il faudra les protéger IM-PE-RA-TI-VE-MENT ! 

La quasi totalité des tomates et des piments verts ont reçu les mêmes visites indésirables, dès le printemps. Il semble s'agir de la noctuelle de la tomate qui perce la chair des fruits et les mange... La quasi totalité des solanacées ont subi les mêmes attaques (des tomates aux piments verts. Je n'ose pas parler du japaleno qui a été littéralement "démembré" par les noctuelles, des feuilles jusqu'aux fruits!)

A défaut de remédier au mal, il est toujours possible de s'en protéger : un sachet d'organza à installer sur chaque fruit de tomate naissant, pourrait leur "sauver la peau". 

ici, une tomate "green zebra" a subi une attaque de noctuelle. Les tomates poivron ont subi le même sort. Il n'y a que les tomate cerise qui ont échappé au ver affamé.

ici, une tomate "green zebra" a subi une attaque de noctuelle. Les tomates poivron ont subi le même sort. Il n'y a que les tomate cerise qui ont échappé au ver affamé.

Autre surprise (mais une bonne surprise), les piments "aji charapita" ont produit leur premiers "précieux piments". On désigne souvent ces piments comme "les piments le plus chers du monde". 

Je me plaignais (presque) de "subir" la trop généreuse germination des graines de piments "aji charapita", (100 % des graines semées ont germé) et aujourd'hui, je me rend compte de la chance que c'est. 

Ils sont fruité et piquant, bref, ils sont déroutants, et ils ont un potentiel  gourmandise et créatif, important. 

Il va falloir trouver (ou inventer) des recettes avec ces piments atypique et détonnants.

En cours de réflexion...

Les plants de "aji charapita" sont très feuillus et très productifs. Il n'y a jamais eu autant de piments sur un plant cultivé dans le micro jardin urbain.

Les plants de "aji charapita" sont très feuillus et très productifs. Il n'y a jamais eu autant de piments sur un plant cultivé dans le micro jardin urbain.

Ultime découverte un peu hasardeuse concernant la résistance de certaines plantes annuelles à la sécheresse (dont la tomate).

J'ai lu que pour endurcir une variété, il fallait en utiliser un plant pour "martyr" en ne lui donnant que très peu d'eau. La plante qui aura subit la sécheresse enregistrerait dans son patrimoine génétique ce risque et transmettrai l'information à la génération à venir via ses graines. 

Aussi cette année, j'ai délibérément laissé un pot sans arrosage (mais à l'ombre) pour ne pas le tuer. Il a eu très soif...mais il est en vie.

C'est un plant de tomate poivron jaune qui a servi de cobaye pour ce test. Le seul fruit survivant sera cueilli prochainement et les graines seront semées en 2021 pour la suite du test. 

Plus étonnant : il y avait un plant de basilic à son pied et un plant de gombo, tous deux également en vie. Alors qu'ils ne devaient être que les "dommages collatéraux" à cette expérience, ils ont bien géré la quasi absence d'arrosage (les seuls arrosages ont été les pluies d'orage).  

Au pied du plant de "tomate poivron" jaune aux feuilles sèches, on voit que le basilic est également en vie, ainsi qu'un plant de gombo.

Au pied du plant de "tomate poivron" jaune aux feuilles sèches, on voit que le basilic est également en vie, ainsi qu'un plant de gombo.

Voilà pour le bilan précoce des bêtises, et expériences hasardeuses du jardinier amateur. 

La liste n'est sans doute pas close. Mais c'est déjà une base de travail pour la suite.

 

A suivre !!!

 

psttt ! l'histoire du semis de fleurs pour abeilles est ici...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Bonjour, bravo!
Répondre