Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog botanique de Nanie, petit à petit : un micro jardin urbain en expérimentation

Plan de semis prévisionnel (et provisoire) pour le printemps 2020

3 Janvier 2020 , Rédigé par Nanie Publié dans #METHODES

L'hiver arrive, et le jardin dort....contrairement au jardinier qui réfléchit, fait des hypothèses, des paris puis un plan d'aménagement. 

En observant le micro jardin urbain de l'été 2019 et ses succès (modestes mais réels), j'ai décidé de re-semer certaines variétés et d'en oublier  définitivement d'autres...

J'en avais déjà parlé ici...

Mais le choix des semis n'est pas le seul problème à résoudre lorsque l'on tente d'installer un bout de jardin. 

C'est même plutôt, un des dernier détail à régler...enfin pas tout à fait non plus (car l'exposition décide de la productivité des plants qui ont des besoins spécifiques). 

 

Bref, après le choix (prévisionnel ou provisoire) des semis, j'ai réfléchi à l'implantation des plants. 

Tous les ans, j'espère créer un brise vue végétal avec des plantes grimpantes...qui refusent de grimper....Au mieux, ces végétaux "brise-vue" végètent (comme le chèvrefeuille, qui sent bien bon mais qui ne se développe pas). Il faudra aussi tenter de comprendre pourquoi cet année. 

Aussi au printemps 2020, je prévois d'installer des épis de maïs, dont la haute taille fait "brise-vue" mais aussi sert parfois de tuteur pour les autres espèces semées à proximité. 

Le maïs fait aussi partie des "trois soeurs", un semis composé de maïs, courge et haricots. Ce "semis par trois" et hérité des Incas (si ma mémoire est bonne) s'explique par le fait que le maïs dépasse les autres, sert de tuteur aux courges et fait de l'ombre aux haricots. Ce sont des légumes "amis", souvent associés dans les cultures. 

A proximité du maïs, il pourrait donc y avoir des courges (un semis que je rate obstinément depuis des années), mais le semis (productif) de courgette jaune "Orelia", de l'été 2019, m'a encouragé à recommencer, dans la "version courge". Mon semencier préféré m'avait offert l'année dernière lors de ma commende de graines, des graines de courges variété petit "bleu de Hongrie" et "courge spaghetti". 

Un ou deux plants de haricots verts et jaune, seront aussi invités à la fête, pour vérifier l'efficacité du conseil ancestral...

Devant le maïs, les courges et les haricots (qui vont prendre beaucoup de place), il y aura peut-être des tomates (qui ont plutôt bien poussé cette année). Les piments seront séparés des tomates afin d'éviter une pollinisation croisée. Comme en 2019, ils auront un pot rien que pour eux, et une espèce par pot, bien sûr...)

S'il reste de la place au pied des tomates (ou avant que les plants de tomate ne prennent trop de place), il y aura peut-être des légumes à ras de terre, type mesclun, radis ou moutardes qui ont toujours été semés en petite jardinière sur rebord de fenêtre et qui se plairaient peut être mieux avec un peu plus d'espace. 

 

Autre plante qu'il faudrait semer à nouveau : la bourrache.

C'est une plante mellifère phare (et qui soi disant, dissuade les limaces) sera semée mais dans des pots individuels, pas dans les grandes jardinières communes, car elle a tendance à prendre beaucoup de place. L'avocatier rescapé de l'hiver en a fait l'expérience. Si la bourrache est indispensable (c'est en grande partie grâce à elle que les "minis concombre à confire" ont produit des fruits), il faut la contenir dans un contenant à sa mesure. Elle pourrait presque faire un massif. Elle aura besoin de grands pots individuels. J'espère en produire des bleues et des blanches comme cette année. 

ça c'est au début de la croissance de la bourrache (au pied de l'avocatier). Après quelques semaines, one ne distinguera plus l'avocatier dans le plant géant de bourrache
ça c'est au début de la croissance de la bourrache (au pied de l'avocatier). Après quelques semaines, one ne distinguera plus l'avocatier dans le plant géant de bourrache

ça c'est au début de la croissance de la bourrache (au pied de l'avocatier). Après quelques semaines, one ne distinguera plus l'avocatier dans le plant géant de bourrache

Enfin, la plante qu'il faudra a-bso-lu-ment retrouver (c'est une annuelle, ou une "gélive", en d'autres termes, le plant de 2019 ne survivra pas à l'hiver qui arrive), c'est du basilic perpétuel. 

Le basilic perpétuel est un basilic au parfum très fort, peu utilisé en cuisine (on lui préfèrera les variétés classiques aux petites feuilles tendres), mais indispensable. 

Grâce a lui, les insectes pollinisateurs ont pu fréquenter des fleurs du micro jardin urbain, de juin à novembre 2019. C'est une floraison particulièrement longue (et imprévue). Les plants de mini concombre à confire, le citronnier caviar, les tomates, les piments, tous ont profité de son magnétisme sur les insectes butineurs du quartier.  

Plan de semis prévisionnel (et provisoire) pour le printemps 2020

Voilà pour le projet de semis (qui ne doit pas se préparer à la dernière minute). Car un semis trop tardif ou inadapté est un semis qui ne se développera pas ou mal. C'est dommage de semer et de ne rien récolter d'autre qu'une perte de temps !

Pour illustrer la nécessité d'anticiper ses semis, je cite toujours l'exemple du piment. Le piment qui est un cousin de la tomate (dont la croissance est rapide) exige six mois entre le semis et la fructification (si toutes les conditions sont réunies). Ainsi pour espérer manger ses piments lors des barbecues estivaux, il faut semer en... février (et commander des graines en... janvier, au plus tard). 

Psssst ! pour le plaisir, voici l'histoire du semis de piment de Cayenne 2019 (encore une fois. Mais elle est si représentative de la patience et de la ténacité nécéssaire du jardinier amateur !).

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article