Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog botanique de Nanie, petit à petit : un micro jardin urbain en expérimentation

Semis de plante carnivore en kit, premier essai

13 Novembre 2019 , Rédigé par Nanie Publié dans #EXPERIENCE LUDIQUE, #GERMINATION, #LES INSOLITES, #LES PETITES BETES, #plantes d'intérieur

Voici un nouveau semis en kit de la marque pour enfants "radis et capucine". 

Si certains semis ont bien fonctionné (cacahuète, trèfle à quatre feuilles), d'autres ont échoué (épinard fraise). 

voilà donc une nouveauté 

Semis de plante carnivore en kit, premier essai
Semis de plante carnivore en kit, premier essai
Semis de plante carnivore en kit, premier essai
Semis de plante carnivore en kit, premier essai
Semis de plante carnivore en kit, premier essai
Semis de plante carnivore en kit, premier essai

Le semis est censé être difficile. 

Mais je tente quand même. 

Le kit contient des graines de "sarracénia", une plante carnivore commune que l'on voit souvent en jardinerie. C'est une plante tubulaire qui attire les insectes curieux, malheur à ceux qui s'y aventurent ! 

J'avoue ne jamais en avoir possédé. 

J'avais déjà tenté le "dionaca", une autre plante carnivore assez commune, dont le rôle était de manger les mouchettes de terreau qui avaient envahi les plantes d'intérieur.

Bref, pour revenir à la "sarracenia" elle a été semée dans une terre de coco bien humidifiée, le 11 octobre. 

Il est conseillé d'exposer le pot à la lumière vive et à une certaine chaleur (une vingtaine de degrés, soit la température habituelle d'un appartement), et sous plastique (sous serre quoi !)

La confluence de la lumière, de la chaleur et une forte humidité, sont les conditions de germination de la sarracénia. 

Psssst !     

Après réflexion, j'ai tenté deux méthode de semis, (qui ne sont, finalement, pas si éloignées l'une de l'autre). 

Un semis a été effectué dans la terre de coco, dans le pot et sous sac plastique transparent, le tout, exposé à la lumière et sous une chaleur constante. 

Un second semis a été effectué dans un bocal en verre (type confiture) qui remplacera le sachet plastique, et qui maintiendra l'humidité requise. Dans ce bocal, une pastille de coco (stérile) limitera les risques de maladies voire de moisissures. 

Quelle méthode fonctionnera le mieux ? 

Affaire à suivre...

Bilan provisoire (et sans doute, définitif) : après plusieurs semaines d'attente, rien n'émerge du terreau maintenu humide, sous plastique. 

Ce semis est effectivement présenté comme "difficile", et il n'a visiblement pas trouvé les conditions idéales pour se décider.

Un semis en octobre/novembre (à l'intérieur) ce n'est pas la période idéale. Peut-être qu'un semis laissé dehors au soleil, au printemps, fonctionnerait mieux ?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article