Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog botanique de Nanie, petit à petit : un micro jardin urbain en expérimentation

Les piments, comment ça marche ? les dernières infos pour leur culture

1 Mai 2020 , Rédigé par Nanie Publié dans #FRUITS, #ETE, #TECHNIQUE

Cette année, de très trop nombreux semis de piments ont été effectués.  De coup de coeur, en coup de foudre, en coup de folie, les variétés ont été semées les unes après les autres. 

Bref, si les piments poussent comme je l'espère, c'est une collection inédite qui verra le jour cet été. 

Le détail de cette collection est ici : 

Mais hormis le fait de faire pousser un plant, et de récolter des fruits, comment ça marche précisément  ? 

 

Voici des informations récoltées de ci de là et bien précieuses lorsque l'on veut éviter les erreurs fatales à ses plantules. 

On sait déjà que la lumière est capitale pour la croissance du piment (la lumière permet la photosynthèse, bref c'est une des principales sources d'alimentation de la plante). 

Le piment est originaire d'Amérique du Sud principalement, mais de nombreuses variétés ont été exportées et "acclimatées" à leur pays d'accueil (comme le piment Gorria, la variété cultivé à Espelette, au pays Basque). 

Le piment a donc théoriquement besoin de chaleur, enfin oui et non. 

Il semblerait que lorsque la température est trop élevée (au delà de 29°, la plante cesse de croître), de même lorsque la température descend en dessous de 10°. 

Cependant une exposition aux nuits fraîches favoriserait la ramification ou en d'autres termes, la fabrication de tiges latérales (l'endroit où les fleurs et fruits se forment). Et plus il y a de ramifications, plus il y aura de fruits. Cependant la température idéale  nocturne serait comprise entre 17 et 21 °

La floraison du piment se produit donc à la base des branches lorsque celles ci sont au nombre de 9 à 11. 

Concernant la floraison et fructification, il faut savoir que les fleurs de piment sont autofécondes (la fleur porte les organes mâle et femelle) mais qu'une pollinisation croisée avec d'autres variétés est possible avec les insectes pollinisateurs. Il est donc recommandé d'enfermer les fleurs sous un voile de tulle pour éviter tout croisement (surtout lorsque l'on cultive plusieurs variétés de piments). La fleur serait sensible aux autres pollens, trois jours après son épanouissement. 

ici, une fleur de piment "peter pepper" semée en février 2020, annonce un fruit moins d'une semaine après son épanouissement.

ici, une fleur de piment "peter pepper" semée en février 2020, annonce un fruit moins d'une semaine après son épanouissement.

Le plant de piment en bonne santé peut atteindre 80 cm de largeur avec des racines de 50 cm de profondeur, mais certaines variétés sont plus grandes ou plus petites. 

Les piments, comment ça marche ? les dernières infos pour leur culture Les piments, comment ça marche ? les dernières infos pour leur culture

Concernant l'alimentation en eau et en engrais, les piments sont plus gourmands que les tomates (qui réclament déjà beaucoup d'eau et de nutriments). 

Un apport d'engrais est plus que le bienvenu, mais il doit être adapté. Il faut éviter l'engrais riche en azote qui favorise les feuilles au détriment des fruits ou l'engrais à base de fumier de volaille, trop salin. 

Malheureusement, les plants de piments sont aussi l'objet des attaques des nuisibles (araignées rouges par temps sec, limaces par temps humide, bref, il faut donc "veiller au grain"). 

Si les erreurs sont évitées et que les conditions de chaleur, d'humidité et d'engrais sont réunies, les piments peuvent être très productifs. 

Pour l'ultime anecdote, la couleur des piments dépend de leur variété, mais leur intensité dépend de la température extérieure. 

Ainsi l'an passé, j'ai eu de piments de Cayenne rouge "miroir" et orange foncé à quelques jours d'intervalle (avant et après la canicule). Les piments "miroir" du mois de juin ont été suivi des piments rouge "terne" en juillet (après la canicule). 

En haut : fruits de piments de Cayenne, en bas : fruits de piment Gorria (le célèbre piment d'Espelette)En haut : fruits de piments de Cayenne, en bas : fruits de piment Gorria (le célèbre piment d'Espelette)
En haut : fruits de piments de Cayenne, en bas : fruits de piment Gorria (le célèbre piment d'Espelette)En haut : fruits de piments de Cayenne, en bas : fruits de piment Gorria (le célèbre piment d'Espelette)

En haut : fruits de piments de Cayenne, en bas : fruits de piment Gorria (le célèbre piment d'Espelette)

Prochaine étape : le repiquage en pleine terre ! Dernière ligne droite, avant l'été !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Coucou<br /> Je lis beaucoup ton blog.<br /> Avant le confinement j'avais déjà prévu de faire une petite culture de plusieurs sorte de fruit ou autres plantes<br /> Et pendant ce confinement j'ai eu largement le temps de le faire<br /> Juste de la menthe, du pitaya du piment. Mais je suis de l'île de la Réunion, du coup je pense que niveau ensoleillement je suis servis, même si on va entrer en hiver mais pas aussi rude qu'en métropole
Répondre
F
Bonjour. merci pour ce gentil commentaire. J'imagine qu'à la Réunion vous devez avoir un climat propice à de très nombreuses cultures. N'hésitez pas à me donner des nouvelles de vos plants de piments. J'ai également tenté de cultiver de la Pitaya, mais en France métropolitaine, le climat ne s'y prête pas. Bon jardinage à vous !