Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog botanique de Nanie, petit à petit : un micro jardin urbain en expérimentation

Ranger les graines...pour mieux projeter le balcon du printemps 2019

8 Février 2019 , Rédigé par Nanie Publié dans #COMPOSITION, #TECHNIQUE

Les achats (parfois compulsifs) de graines, les graines soigneusement choisies, les graines récoltées sur les plants, les graines offertes sans encore avoir été utilisées...tout ça fait du monde dans la réserve de graines. 

Le casier à graines déborde. 

Ranger les graines...pour mieux projeter le balcon du printemps 2019

C'est même franchement, un vrai bazar. 

Comment savoir quoi garder, quoi jeter, quoi semer ? 

Il va d'abord falloir faire du tri.

Qu'est ce qui ne sera jamais semé ? 

- Les plantes décevantes par leur aspect par leur faible productivité. Beaucoup de temps passé à cultiver des aromatiques qui ont un faible rendement (ex : l'aneth, de l'été dernier).

- les plantes trop envahissantes, qui prennent beaucoup de place et de manière anarchique (malgré la présence des tuteurs pour les domestiquer un peu; ex : les pois de senteur, qui sentent très bons mais qui partent dans tous les sens et dont la productivité est effrénée. Leur progression donne l'impression d'un jardin sauvage, sans doute agréable... quand on a beaucoup d'espace). 

- les plantes trop mellifères (oui, ça existe ! il y a des plantes qui attirent presque trop les insectes. Pour le désigner encore, le pois de senteur qui sent si bon a attiré beaucoup d'abeilles l'an passé mais aussi des frelons très agressifs. Ces frelons étaient si agressifs qu'il était difficile de manger dehors. Le balcon était devenu leur territoire). 

- les plantes dont on s'est lassé (si les haricots rouge d'Espagne m'ont enchanté la première année, la séance d'arrachage épique en fin de saison, m'a dissuadé qu'en re-semer l'année suivante). 

- les plantes trop incertaines. Certaines graines germent timidement et d'autres explosent. ex : la bourrache, les graines semées l'an passé ont péniblement produit une ou deux fleurs tandis qu'une graine non semée a produit un buisson prolifique là où il n'était pas attendu. Je ne sais pas trop ce qui arrivera aux graines de bourrache cette année).

 

Après avoir effectué un pré tri des graines à semer et à ne pas semer, il faut vérifier parmi les graines qui seront semées, si les graines stockées sont viables.

Comment fait-on pour tester les graines viables ? 

On peut d'abord leur faire prendre un bain de 24 heures : généralement les graines viables tombent au fond du récipient rempli d'eau. 

On peut aussi les mettre à germer sur du sopalin placé dans une boite fermée pour maintenir la chaleur et l'humidité nécéssaire. Si après quinze jours, aucune germination n'est visible, on peut considérer que les graines sont mortes. Ce délais de quinze jours est un indice, certaines graines mettent plusieurs mois à se réveiller (comme les pépins de citron caviar), mais pour les graines de plantes annuelles, le réveil est souvent relativement "rapide". 

Et après ? 

On classe les graines dans "l'ordre alphabétique du semis" : c'est à dire qu'on range les graines à semer en février, avec celle de février, celle de mars, avec celles de mars, celles de mai...ect....

Pourquoi respecter ces échéances de semis ?

Parceque certaines graines ont besoin de plus ou moins de temps pour produire des fruits. C'est notamment le cas des piments qui ont besoin d'une longue période de croissance (six mois) avant de produire des fruits. Une graine semée en février pourra produire en juillet, et une graine semée en mai produira en novembre (cherchez l'erreur). J'ai vérifié (la preuve ici...)

Après on projette, les emplacements pour telle ou telle graine. Car il ne suffit pas de faire germer ses graines, il faut tenter de créer de belles plantes productives et l'emplacement et l'exposition (soleil, ombre, vent) sont fondamentaux.

Les solanacées (tomates, courgettes, aubergines, poivrons, piments, tournesols, aiment une exposition ensoleillée) et abritée. Le vent n'est pas leur ami. 

Les plantes aromatiques de rocaille, méditerannéennes, type lavande, romarin, thym aiment la chaleur et la sécheresse, voire le vent. Les plantes de garrigue n'ont peur de rien. 

D'autres aromatiques "verts", composés de feuilles, aiment bien le soleil mais aussi avoir les pieds au frais, sans trop d'eau comme le basilic, l'aneth ou la coriandre. Une jardinière à la mi-ombre sera bienvenue.

Psssst ! les projets d'aménagement des jardinières d'été ont déjà commencé en janvier....

Et ce n'est peut-être pas fini....

Affaire à suivre...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article