Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog botanique de Nanie, petit à petit : un micro jardin urbain en expérimentation

Premier essai de cadre végétal (création hivernale)

6 Décembre 2019 , Rédigé par Nanie Publié dans #COMPOSITION, #HIVERNAGE

La première composition de terrarium et la première récolte de mousse m'a donné plein d'idées de composition (grâce à l'aide du net bien sur)

Après le terrarium et le kokedama (liens en fin d'article), voici le tableau végétal. 

Le tableau végétal est un cadre creux dans lequel on va intégrer un substrat, et de la mousse (pour maintenir ce substrat) ainsi que des plantes aux besoins similaires (pour les maintenir dans de bonnes conditions de survie). 

 

Pour créer un cadre végétal, il faut 

- un cadre creux (j'en ai trouvé chez la célèbre enseigne suédoise "dont il ne faut pas dire le nom").

- un sac poubelle noir (pour éviter le pourrissement du bois au contact de la terre humide).

- de la sphaigne (pour maintenir une humidité permanente)

- du terreau adapté aux plantes choisies, en l'occurrence un terreau pour plantes d'intérieur. 

- du grillage à poule (idéalement vert, mais du grillage argenté fera aussi bien l'affaire, il s'agit de maintenir le substrat dans le cadre)

- une pince coupante (pour couper le grillage), indispensable !

- des clous fins et longs ou une agrafeuse robuste

- des jolies "baby plantes" (ou plantes de petite dimension). 

 

 

J'ai quant à moi choisi :

- du lierre d'intérieur (récupéré sur une composition qu'on m'a offerte dernièrement et contenant des plantes aux besoins diamétralement opposés). 

- une plantule de fittonia blanc (venu du même endroit que le cadre...)

- une plantule d'hypoeste rouge (en provenance d'une jardinerie)

- de la mousse verte qui va permettre de conserver l'humidité de la composition, en l'isolant (en partie) de l'air extérieur. 

- des cailloux avec un joli coloris, ramassé à la plage mais RINCÉS à l'eau de pluie, pendant des mois (en d'autres termes : oubliés sur la balcon sous la pluie). 

J'ai lu que pour un cadre durable, il fallait des plantes à croissance lente, comme le fittonia et l'hypoeste. 

Et pour un cadre harmonieux, il fallait des plantes rases, dépassant à peine du grillage et des plantes en volume, ou des plantes destinés à retomber (ici le lierre d'intérieur). 

Si l'idée est est simple, la réalisation est plus complexe. 

Il faut un peu de temps (du moins, nettement plus de temps que pour la composition du terrarium).

Il faut donc éviter de se compliquer la tâche avec un cadre récupéré et sans rebord qui maintiennent le grillage !

 

Première étape : on installe le sac poubelle isolant (sinon le bois va pourrir en peu de temps...sans parler du mur sur lequel on va poser le cadre...beurk). 

J'ai découpé grossièrement un carré dans le sac poubelle, aux dimensions du cadre, et qui a été re-découpé en toute dernière étape, pour l'ajuster parfaitement à la composition. Il ne faut pas l'ajuster tout de suite...

 

Deuxième étape : il faut réhumidifier la sphaigne. C'est un résidu de tourbe dont l'avantage est de garder l'humidité sans pourrir. Il faut donc donner un bain à la sphaigne et l'essorer doucement, avant de l'installer dans le cadre, sur le sac poubelle. 

Troisième étape : on installe le terreau (pour plantes d'intérieur), sans trop tasser pour le moment

Quatrième étape : on installe les plantes choisies, à la surface du terreau et on fait des essais, plus à droite, plus au milieu, plus en bas à gauche...bref, on compose. Jusqu'à ce qu'on trouve la composition qui nous plait. 

Cinquième étape : on plante les plantules choisies à leur emplacement et on appuie sur le terreau pour bien les maintenir à leur place. On installe ensuite la mousse verte qui va maintenir le terreau, les plantules et l'humidité. Merci la mousse !

Sixième étape : on recouvre la composition du grillage à poule. C'est l'étape la plus longue et la plus difficile car il faut découper le grillage à la forme du cadre et parfois découper le grillage pour permettre à certaines plantules d'avoir un peu plus de place (une alvéole de grillage laisse peu de place pour "passer" une plantule aux feuilles nombreuses (comme le lierre). 

Septième étape : on cloue, ou on agraphe solidement le grillage sur le cadre avec de la force...et beaucoup de la patience. 

Huitième étape : on laisse la composition "à plat" quelques jours pour lui permettre de s'installer et de bien "tomber" au fond du cadre, avant de la pendre à la verticale. 

Enfin, on peut admirer son travail avec la satisfaction du travail pénible accompli (car oui, ça a été plus pénible que ce que j'attendais). 

Premier essai de cadre végétal (création hivernale)

Autre détail, ce cadre étant "DIY" : do it yourself, (il n'y a pas de réserve d'eau, ni de cadre en plastique bien pratique qui passe sous la douche), il faut bien penser à l'arrosage de la mousse et du terreau. 

Comme pour toutes les plantes d'intérieur, une eau de pluie tempérée sera un bon compromis (abordable) pour l'arrosage. 

A présent, j'espère que ce cadre tiendra l'hiver. 

Affaire à suivre...

 

 

Pssst ! l'histoire des premières compositions de terrarium et kokedamas est ici !

INSERT DU 5 FEVRIER 2020

Les plantes installées dans le cadre végétal ont dépéri les unes après les autres, sans doute lié à un souci d'arrosage (trop peu puis trop). 

Voilà sans doute la raison pour laquelle, les cadres végétaux sont principalement habités par des succulentes...nécessitant peu d'eau. 

Il faudra recréer un cadre avec des plantes adaptées... ou avec un cadre à réserve d'eau.

A suivre...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article