Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog botanique de Nanie, petit à petit : un micro jardin urbain en expérimentation

Semis de graines de fruit du dragon (pittaya), premier essai

27 Novembre 2017 , Rédigé par Nanie Publié dans #LES EXOTIQUES, #PEPINS ET NOYAUX

Voilà un semis encore jamais réalisé mais à l'indice de confiance élevé (selon ma bible des graines et noyaux, voir lien plus bas) : le fruit du dragon aussi appelé Pitaya. 

Même s'il est recommandé d'attendre le printemps pour réaliser ce semis (pour des raisons évidentes de luminosité, sans lumière pas de feuilles...), la tentation est trop grande....

 

Le fruit du dragon est un cactée originaire d'Amérique centrale qui s'est répandu un peu partout dans le monde et notamment jusqu'en Asie, où le fuit a été renommé. 

Le pitaya se présente comme une plante grasse et qui produit des fruits caractéristique recouverts de simili écailles (d'où son nom). 

A l'intérieur, on trouve des graines noires dans une chair qui peut être blanche ou rose fuchsia. 

Semis de graines de fruit du dragon (pittaya), premier essaiSemis de graines de fruit du dragon (pittaya), premier essaiSemis de graines de fruit du dragon (pittaya), premier essai

Le fruit peut être mangé lorsqu'il est légèrement moelleux (et les graines sont elles aussi "mûres").

Comme pour la plupart des graines, la germination intervient dans un milieu chaud et humide. 

Une température comprise entre 20 et 30 degrés est convenable pour espérer une germination. 

On peut utiliser du terreau a semis (fin) ou un terreau neuf et pas trop lourd car les graines ont une réserve d'énergie limitée, il ne faut pas les enterrer sous une terre trop lourde, impossible à transpercer...

Les graines étant petites, l'idéal est de les poser sur le terreau, de les vaporiser copieusement et de les recouvrir très légèrement de terre sèche. Le but : ne pas les entrainer dans un coin du pot avec un flux d'eau trop fort (mais c'est valable pour toutes les petites graines). 

Les graines ont été plantées dans un pot recouvert d'une cloche en plastique ouverte (en l'occurence la partie supérieure d'une bouteille plastique), à l'abri de la lumière directe.

Après une dizaine de jours...

Semis de graines de fruit du dragon (pittaya), premier essai
Semis de graines de fruit du dragon (pittaya), premier essai
Semis de graines de fruit du dragon (pittaya), premier essai
Semis de graines de fruit du dragon (pittaya), premier essai
Semis de graines de fruit du dragon (pittaya), premier essai

D'après les dernières informations récoltées, le pitaya comme tout cactus a besoin de peu de nutriment et de peu d'eau (un arrosage tous les dix jours en hiver et une fois par semaine en été).

Comme les cactus il préfère les températures chaudes eaux températures fraiches. Il faut donc éviter de l'exposer à des températures inférieures à zéro de manière prolongée. 

C'est aussi une plante qui a besoin d'un ensoleillement important (80 % de la journée). 

Cependant même dans de bonnes conditions, la plante n'étant pas originaire de France, elle ne se se développera pas comme dans son milieu naturel (au climat chaud et sec). Inutile d'en attendre des fruits ou de préparer un tuteur pour soutenir sa croissance. 

Mais l'important c'est d'essayer ; 

Si le semis réussi, pourquoi ne pas le rapprocher des autres semis "exotiques" dans un coin spécifique du jardin urbain (comme dans les serres ou les parcs animaliers où les plantes sont réunies par climats et provenances ). 

J'imagine bien, un coin "asiatique" avec des plants de gingembre, de lichees, du curcuma, du thé de Chine et pourquoi pas de fruits du dragon...et d'aloe vera (bientôt peut-être)

Affaire à suivre...

Pssst ! si on peut récolter les graines de piraya directement sur le fruit (assez onéreux), on peut aussi se procurer des graines ou plant de pitaya ici...

Pssst ! les autres semis asiatiques, déjà testés sont ici...

Et le livre référence des "grainophiles" c'est là :

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article