Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog botanique de Nanie, petit à petit

Un pêcher à partir d'un noyau ? essai 2016

2 Mai 2016 , Rédigé par fannyassmat Publié dans #PEPINS ET NOYAUX, #ARBRE, #GERMINATION

Lorsque l'été est en place, nous avons la chance de pouvoir manger de bons et beaux fruits  issus des vergers (abricots, nectarines, pêche...)...et la tentation de conserver les noyaux, "au cas où", est grande. 

En 2015, les noyaux d'abricots, de pêches et de mirabelles, avaient été collectés dans l'attente d'un semis possible, d'un rêve d'arbre fruitier. 

Mais pourquoi se contenter de rêver ? 

Après consultation de diverses pages web et de vidéos (parfois bavardes), j'ai tenté le semis d'abricot et de pêche. 

Le noyau est une graine dure, qui doit passer différentes étapes pour se fendre et pousser (et éventuellement produire un plant). 

Première étape : les noyaux ont "l'intelligence" de ne pas germer spontanément n'importe quand, mais uniquement après une période de dormance au froid (période de plusieurs mois, idéalement d'un hiver). 

Le noyau attend la fin de l'hiver (ou du grand froid) pour se réveiller. 

Les noyaux de pêche ont donc dormi tout l'hiver dans un pot en terre cuite, rempli de terre, abondamment arrosé de pluie, contre un mur orienté au nord (dans les conditions de froid hivernal). 

 

A l'arrivée du printemps, un coup d'oeil aux pots révèlent...pas grand chose.

Les pots semblent désespérement vides. 

Aussi j'ai enlevé la terre pour voir si les noyaux étaient toujours là. 

 

Les noyaux d'abricot ont germé ! 

Les noyaux de pêche sont quant à eux, intact. 

Tant mieux pour les abricots et dommage pour les rêves de pêchers. 

Tandis que les noyaux d'abricots germés sont replantés dans des pots en terre cuite, "comme des grands", les noyaux de pêche sont oubliés dans la terre...jusqu'à l'arrivée du soleil et de températures quasi estivales (presque 25 degrès). 

Dans les pots de plants de tomates, deux tiges avec des feuilles (mais qui sont sont pas des tomates) font concurrence à la tomate. Ce sont les noyaux de pêches, oubliés et qui se sont réchauffés au soleil. 

Deux noyaux se sont fendus dans le secret de la terre, laissant apparaitre l'amande et une tige...et un début de plant de pêcher.

Voilà une récolte à laquelle je ne m'attendais pas, et un petit rêve qui se réalise...

 

A suivre...

noyaux de 2015, germés au printemps 2016, et plants en juin puis août 2016 (le plus grand pêcher dépasse 60 cm de hauteur)
noyaux de 2015, germés au printemps 2016, et plants en juin puis août 2016 (le plus grand pêcher dépasse 60 cm de hauteur)
noyaux de 2015, germés au printemps 2016, et plants en juin puis août 2016 (le plus grand pêcher dépasse 60 cm de hauteur)
noyaux de 2015, germés au printemps 2016, et plants en juin puis août 2016 (le plus grand pêcher dépasse 60 cm de hauteur)

noyaux de 2015, germés au printemps 2016, et plants en juin puis août 2016 (le plus grand pêcher dépasse 60 cm de hauteur)

Pssst, l'histoire du noyau d'abricot, c'est ici : 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article