Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog botanique de Nanie, petit à petit

Le jardin des fainéants (ou des jardiniers patients)

8 Juin 2015 , Rédigé par Nanie Publié dans #GRAINES, #TECHNIQUE, #BOUTURES

Il existe diverses méthodes de culture des plantes.

Soit techniques et méthodiques (le plus souvent), soit "naturelles" et demandant de la patience, de la confiance et parfois aussi un peu de persévérance.

 

C'est de cette méthode "naturelle" dont je vais vous parler (après l'avoir testée un peu par hasard  dans un premier temps, puis deliberement dans un second temps). 

La méthode dite facile ou naturelle (dite aussi "méthode des fénéants"), qui consiste à poser des fruits ou légumes à même la terre et de "laisser faire la nature". 

Les plantes dans de bonnes conditions, se reproduisent en effet spontanément, sans intervention de l'homme. 

 

Pour donner un exemple, certaines plantes dites invasives se multiplient spontanément par le biais de leurs racines (traçantes) et par (dispersion des) graines. La prolifération de certaines plantes est donc difficile à endiguer voire à enrayer.

On peut prendre l'exemple des bambous traçant qui rampent partout et sont presque indéracinable. On peut encore prendre l'exemple de la menthe, qui d'un brin, devient un buisson en quelques mois. 

 

La méthode de culture sans effort, consiste donc à laisser "faire la nature".

Voici les tests de "jardinage libre", effectués au gré des graines et plantes "sous la main".

 

Premier test (par hasard) : les graines de citrouille

Cette méthode de production naturelle a d'abord été testée par oubli (en oubliant deux citrouilles d'halloween) sur la terre gelée cet hiver. Au printemps, les citrouilles étaient décomposées et leurs graines se sont mêlées à la terre. 

Arrive alors ce qui doit arriver lorsque tous les éléments sont réunis (graines + eau + chaleur) : les graines germent. 

Quelle surprise de voir cette tige germée venue d'une citrouille pourrie.

 

Deuxième test (délibère cette fois) : les poivrons

on enterre un poivron dépouillé de sa chair utile (et comestible). 

On laisse la tige dépasser pour savoir où vont (éventuellement) pousser les poivrons issus des graines apparentes. 

et plusieurs semaines plus tard, après une grosse averse, des tiges sont sorties de terre. 

 

Troisième test : les pommes de terre germées (en cours)

 

quatrième test : les fraises

les fraises aiment s'étaler (comme la menthe).

Certaines tiges s'allongent fortement, et en longeant la terre, finissent par produire de nouvelles feuilles prometteuses au bout de leur tige. Ces nouvelles feuilles (nommées stolons) s'enracinent et font de nouveaux fraisiers. Il faut alors couper la tige mère du nouveau plant spontané. Un seul fraisier produit donc des minis fraisiers presque tout seul. 

Certe reproduction spontanée est connue des jardiniers confirmés et s'appelle le marcottage : une branche ou une tige mise au contact de la terre, va produire des racines et former une nouvelle génération. 

 

En somme, cette méthode de culture sauvage, sans intervention de l'homme, obéit à la loi de la sélection naturelle. Seuls les graines les plus prometteuses et les plus fortes germent sans aide. 

Mais lorsque la nature reprend ses droits, il faut aussi s'attendre à  quelques échecs. 

Sans pluie, nombre de plants ne tarderont pas à souffrir du manque d'eau. 

Sans coup de pouce de l'homme, la nature prolifère différemment...ou du moins pas dans le sens utilisable par l'homme . La forêt produit peu de fruits et légumes en général; 

 

alors que penser de cette méthode de culture naturelle ? 

séduit ou sceptique ? 

Les plants de fraises "mères" et les plants de dernière génération. + la citrouille d'halloweenLes plants de fraises "mères" et les plants de dernière génération. + la citrouille d'halloweenLes plants de fraises "mères" et les plants de dernière génération. + la citrouille d'halloween

Les plants de fraises "mères" et les plants de dernière génération. + la citrouille d'halloween

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article